Gestion des projets sensibles au conflit à l’école de maintien de la paix Aliou Blondin BEYE

Du 29 août - 9 septembre 2022, Souhadou DIASSO, administratrice de l’association ASHA, a pris part au stage sur la « gestion de projet sensible aux conflits » de l’École de Maintien de la Paix Alioune Blondin Beye (EMP-ABB).

« La sensibilité aux conflits est une approche qui permet de s'assurer que les interventions ne contribuent pas involontairement aux conflits, mais permettent plutôt de renforcer les possibilités de paix et d'inclusion. »

La mise en d’œuvre des programmes sensibles aux conflits suit 3 étapes:

La 1ère étape est la compréhension du contexte du projet ou du programme. Dans toute intervention, il est nécessaire de comprendre le contexte d’intervention et cela pas nécessairement par l’analyse suivantes:
1) les problématiques clés: facteur qui mènent ou causent des conflits ou tensions, sans lesquels ils n’existeraient pas)
2) les différentes dynamiques (les tendances qui créent des conflits/tensions: l’histoire, des cycles, etc.),
3) les acteurs (Individuels, groupes, institutions du contexte, leurs relations, positions, intérêts ou besoins),
4) les diviseurs et les connecteurs: sources de tensions ou de division.

La 2ème étape est la compréhension de l’interaction entre le projet/programme et le contexte. Cette étape permet de comprendre si le programme ou le projet a un impact positif ou négatif sur le contexte conflictuel et vice-versa. La question que l’on doit se poser est «est-ce que le programme renforce, promeut ou réduit-il les tensions ou les conflits? ». Il y a 3 dimensions au niveau de l’interaction:
1) l’analyse du projet ou du programme : la stratégie, objectifs, activités, modalités d’intervention, team projet etc.
2) l’analyse des partenariares/parties parties prenants: partenaires de mise en œuvre, autres acteurs impliqués ou associées au programme et les parties prenantes (autorités, bailleurs de fonds, etc. )
3) l’analyse de notre organisation: le mandat, les perceptions, les modalités de travail, les procédures (finance/administration, achats, communication, staff, sécurité etc.).

La 3ème étape est l’élaboration des options ou des adaptations. Cela consiste à modifier le programme ou le projet afin de réduire l’impact négatif et d’augmenter l’impact positif à propos des dynamiques des conflits pour que le projet/programme devient sensible aux conflits.

A l’issue de cette phase théorique, ns avons bénéficié des expériences de certaines ONG Search for Common Ground Mali , Interpeace, Think Peace Sahel et Institut Malien de Recherche-Action pour la paix qui utilisent déjà la sensibilité aux conflits dans leurs programmes.

Par ailleurs des instruments de financement de projet en situation de conflit ou post-conflit de la UN MINUSMA exemple du QIPs, du Peacebuilding Fund et du Fonds d’appui aux moteurs de changement(FAMOC) ont été développés successivement par Hama Amadou, Kissima Sylla, et Frederic CABORE

Je remercie toute l’équipe de l’école et nos facilitateurs Valence Kadja KOUAME Kissima Sylla, Mme Aldegone et Ousmane Diallo pour ces connaissances

Lu 49 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.